logo
logo

Jérôme Mesnager

Jérôme Mesnager, le bonhomme blanc au Piton de la Fournaise
Jérôme Mesnager, le bonhomme blanc au Piton de la Fournaise
Jérôme Mesnager, le bonhomme blanc au Piton de la Fournaise
Jérôme Mesnager, le bonhomme blanc au Piton de la Fournaise
Jérôme Mesnager, le bonhomme blanc au Piton de la Fournaise

Jerôme Mesnager est le père du célèbre « Bonhomme blanc ».

Pionnier et figure emblématique de l’art de rue depuis plus de 30 ans, il poursuit une démarche artistique entre officiel et subversion s’appropriant librement l’espace urbain pour le reconfigurer à sa mesure.

De Paris à New York ou Moscou, de Pondichéry à la Grande Muraille de Chine, la silhouette blanche créée en 1983 qui caractérise son œuvre, symbole de lumière, de paix, de liberté, célèbre la dynamique du vivant à travers le corps humain.

Il était donc temps, en novembre 2015,  que Jérôme viennent un peu déposer ses valises à l’île de la Réunion. En résidence à la Galerie Art Factory où il a produit une superbe exposition, il en a aussi profité pour trainer ses basques avec nous à travers l’île… Une bonne cinquantaine de bonhomme sont donc peints entre Saint-Denis, Saint-Leu, Saint-Pierre, le volcan et le sud sauvage.

Mesnager se souvient de la création de son bonhomme emblématique :

« C’était le 16 janvier 1983, il était douze heure trente. Je me suis dit : c’est un des signes qui va faire ma vie. Si je l’ai su tout de suite, c’est que quand j’étais gamin, j’ai rencontré des peintres et je les ai écoutés. J’ai entendu qu’il fallait produire un signe qui nous ressemble, au plus proche de nous-même, capable justement de nous accompagner tout au long de la vie. La peinture sert à nous identifier, face aux milliards d’œuvres qu’il y a autour. A l’époque, j’avais déjà peint 500 ou 600 tableaux. Quand j’ai fait le corps blanc, j’ai compris que ça correspondait à ce que les vieux peintres m’avaient dit. Et que ce serait mon signe, suffisamment large de possibilité pour alimenter l’œuvre d’une vie, dans sa simplicité : un coup de pinceau avec du blanc.

« Je fais des tableaux et la toile c’est le monde ».

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

In Portfolios